Devoir de Mémoire  "Visite du Fort d'Emines"

Devoir de Mémoire "Visite du Fort d'Emines"

Le lundi  11/11/2019, l'équipe de la MJC Champion, est partie visiter le Fort d'Emines, un  devoir de mémoire en ce jour d'armistice.

Il nous semble important  de conserver et faire partager l'histoire,  ne pas oublier pour ne pas répéter les erreurs du passé !

Nous tenons à remercier la Province Namur pour  cette initiative ! Voici un petit reportage photo de notre visite!



Le Fort d'Emines

Historique:

Le Fort d’Emines, établi  entre les villages d’Emines et de Saint-Marc (nord-ouest de Namur, à 4,6 km du centre), est l’un des neuf forts construits entre 1888 et 1891 autour de Namur.
Les forts de la Position Fortifiée de Namur (PFN) ont été construits en même temps que les douze forts de Liège (PFL).Le but de la construction des forts était de protéger les principaux axes de communication entre l’Allemagne et la France et ainsi interdire l’usage de ces axes (routes, voies ferrées, fleuves, ponts) aux belligérants.
L’Armée de Campagne, quant à elle, devait freiner l’ennemi, effectuer une retraite vers Anvers et attendre l’arrivée des troupes amies qui devaient, selon le Traité de Londres (1839), accourir à notre secours..


Tous les forts ont été conçus par le général Henri Alexis Brialmont et mettent en œuvre un béton non-armé, matériau novateur à l’époque. Pour construire les vingt-et-un forts, le Général Brialmont utilisa tous les procédés techniques inventés en cette fin de 19 eme siècle, à savoir l’électricité (éclairage, projecteur), l’hydraulique (coupole du projecteur), les coupoles rétractables, les coupoles blindées protégées en toit, le téléphone, l’eau potable venant d’un puits et répartie dans le fort, le drainage des eaux de condensation, …
Les canons placés dans les coupoles et dans les casemates étaient les plus récents modèles produits. La portée des obus variait de 1,5 Km à 8 Km.
Le garnison comptait plus ou moins 340 officiers, sous-officiers et soldats. Le Fort était bien pourvu en nourriture et en eau, il pouvait supporter un siège d’un mois sans approvisionnement extérieur.

Le Fort d’Emines fut copieusement bombardé par l’artillerie lourde allemande dès le 23 août 1914 , les bombardements sur le fort débutent le 23 août avec des tirs de petit calibre, alors que l'artillerie allemande a déjà perforé la ceinture namuroise en concentrant son attaque sur Marchovelette, Maizeret et Andoy (et - dans un second temps - Cognelée), les forts les plus à l'est, qui ont été mis hors jeu, provoquant la décision d'évacuer la garnison de la ville. Les Allemands, ayant appris lors du siège de Liège que la prise de ces forts par l'infanterie était trop coûteuse en vies, mirent en œuvre leurs pièces les plus lourdes (notamment des obusiers de type M "Grosse Bertha", de calibre 420 mm (soit deux fois le diamètre et 10 fois le poids unitaire des munitions prises en compte pour dimensionner le blindage des forts). Le fort d'Émines succombera sous ces obusiers lourds en fin d’après-midi du 24 août,

la situation étant désespérée (moyens de défense inopérants, personnel au bord de l’asphyxie, voûtes percées, sans communication avec l’extérieur et sans observation), le Fort se rendit. Le personnel, fait prisonnier, fut envoyé en Allemagne et y resta jusque la fin de la 1ère Guerre Mondiale.


Joomla Gallery makes it better. Balbooa.com




plus d'informations sur le siège de Namur : 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_Namur_(1914)
https://www.patrimoineculturel.org/docs


Imprimer  

Différents axes d'actions

Accueil

Accueil

Actions ouverture à la population

Actions ouverture à la population

Actions favorisant la citoyenneté

Actions favorisant la citoyenneté

Action Conseil de Jeunes

Action Conseil de Jeunes

Actions Collectives

Actions Collectives

Actions Partenaires

Actions Partenaires